AWS veut épauler les entreprises dans la maîtrise des coûts de Kubernetes

Palo Alto, CA, USA - Feb 18, 2020: The Amazon logo seen at Amazon campus in Palo Alto, California. The Palo Alto location hosts A9 Search, Amazon Web Services, and Amazon Game Studios teams.
Table des matières

La gestion des dépenses liées à K8s va bien au-delà des chiffres. Afin de libérer des économies, la coopération et la culture de la technologie sont essentielles. Des logiciels à l’instar de Kubecost ont aussi été développés pour accompagner les organisations tout au long des processus. La filiale d’Amazon dédiée au Cloud propose depuis peu ce dernier à aux entreprises.

Amazon Web Services (AWS) offre depuis récemment Kubecost, un instrument tiers de gouvernance et de suivi des dépenses pour K8s. Avec cet outil, la firme veut permettre à ses clients de maîtriser les coûts relatifs à l’Entreprise Kubernetes Service (EKS). Une manière de faire qui relève la difficulté que constitue présentement une tâche difficile pour les professionnels DevOps.

Cette solution, tout comme d’autres équivalents (Loft, Cloudzero…), promet certes énormément au sujet de la diminution des décaissements. Il convient cependant de ne pas espérer d’immenses économies dès le départ. La gestion des dépenses s’assortit d’une courbe d’éducation. Kubecost peut néanmoins garantir des conséquentes réductions de coûts à moyen terme.

La création d’une stratégie de gestion des coûts doit passer par plusieurs étapes

L’élaboration d’une stratégie de gouvernance des dépenses liées à K8s peut facilement démotiver les organisations dépourvues d’une technologique d’expertise. Elles peuvent toutefois passer à la prochaine étape dès que :

  • Le procédé d’estimation des coûts a été saisi ;
  • Une méthode permettant de les suivre est identifiée.

Pour la gestion des dépenses de Kubernetes, la stratégie des entreprises doit être basée sur trois points. Les tâches journalières doivent ainsi inclure l’opération. Il convient d’apporter aux programmeurs les instruments et les consignes pour déceler automatiquement certains dépassements. Ce sont le signalement des requêtes de mémoire et de CPU outrepassant leur usage présent.

Ce contrôle et ces avertissements sont nécessaires pour prévenir le gaspillage et par conséquent les décaissements démesurés. Ils doivent représenter un élargissement de la vérification de la qualité de service déjà réalisé par les équipes. Il importe de répéter l’opération pour la conception et la lisibilité des comptes rendus des dépenses formant les coûts de K8s par :

  • Étiquette d’espace de nom ;
  • Service ;
  • Déploiement.

Ces rapports seront en effet utilisés comme langage unique entre les services financiers et DevOps. Cette tâche rendra beaucoup plus simple la gestion des décaissements et de la convertir en un travail de Reporting automatisé.

Une stratégie de gouvernance des coûts de Kubernetes doit en outre comprendre :

  • Un recours aux étiquettes K8s pour l’examen des dépenses ;
  • Un dimensionnement de l’environnement K8s pour FinOps.

Des éléments que les développeurs en contrat en portage salarial doivent bien assimiler.

Quelques lignes directrices à suivre

Pour commencer à mettre en place des bonnes pratiques de suivi des décaissements relatifs aux environnements Kubernetes, quelques principes s’imposent. Au-delà des chiffres, ces derniers sont aussi fondés sur des règles d’organisation.

À ce titre, les sociétés devront créer puis entretenir une expertise consacrée à la maîtrise des coûts de K8s. Il leur faudra alors fournir d’abord aux divisions financières et aux programmeurs les instruments et connaissances requises pour cette tâche.

Une coopération entre chaque personne composant les équipes, surtout entre les finances et l’ingénierie, est ensuite indispensable. Les capacités du développeur excluent souvent l’optimisation des coûts. Le comptable est pareillement dénué de compétences sur K8s. Il s’interrogera toutefois certainement sur les prix conséquents des services Cloud. Ceci en particulier sur les tarifs élevés des conteneurs en production. Le département de programmation peut, à l’aide d’un instrument FinOps, opérer des modifications à la configuration :

  • Des conteneurs ;
  • De Kubernetes.

Ces retouches permettront de mener une étude de rentabilité afin d’acquérir un budget additionnel ou d’amoindrir ces coûts. Le logiciel de gestion des dépenses peut également être utilisé entre les comptables et les programmeurs comme plateforme de collaboration.

La documentation des procédures liées au matériel peut débuter dès que les équipes disposent d’un savoir-faire transverse suffisant sur :

  • L’optimisation des coûts.

Elle peut se manifester sous divers aspects. Parmi ceux-ci figurent les aide-mémoire informant sur l’emploi de l’instrument sélectionné afin d’estimer les coûts. L’on citera aussi, par exemple, les formations internes sur les techniques de gouvernance des décaissements de la société.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Note moyenne 0 / 5. Votants: 0

Plus d'actualités

BMW et Deutsche Bahn adoptent les robots chiens

Deutsche Bahn et BMW intègrent les robots chiens de Boston Dynamics dans leurs opérations. A la Deutsche Bahn, ils vérifient les trains et détectent les éventuels problèmes au niveau des machines. Chez le groupe automobile allemand, le robot surveille la

Lire la suite »